Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 21:19

Le papa de Gérard est arrivé de bonne heure. Tenant son fils par la main, il m'attendait devant la porte de la classe plus de 30 minutes avant l'arrivée des petits. A peine entrée dans le couloir, à peine un bonjour, je sens l'agressivité dans son regard, dans sa posture, et dans le ton de sa voix quand il me lance : "Je veux vous parler".

 

OK. 

Zen.

Tout va bien se passer.

On garde son calme.

Attitude professionnelle.

 

- Bonjour monsieur, vous permettez que je pose mes affaires ?

- Gérard m'a dit que vous l'aviez mis à dormir dehors hier.

 

Je pose mon cartable, mon sac, je prends le temps d'aller mettre mon manteau au crochet.

Je contiens mon stress, il n'est pas là pour discuter, il est là pour accuser. Je ne dois pas me laisser décontenancer.

Facile à dire, j'ai dormi 4h cette nuit, après avoir mentalement revu ma journée, celle du lendemain, après avoir supplié 100 fois mon cerveau de se mettre en veille pour me laisser me reposer. 

Je prends sur moi, j'affiche mon sourire professionnel, et autant d'assurance que possible.

 

 

- Oui monsieur, Gérard a été très pénible hier ...

- Vous l'avez mis dehors ?

- Oui monsieur, comme je vous le disais ...

- VOUS N'AVEZ PAS À TRAITER MON FILS COMME UN CHIEN !

 

 

OK.

Là, il s'énerve beaucoup je crois. J'aimerai pouvoir lui présenter la situation de mon point de vue, d'adulte à adulte, d'éducateur à éducateur, mais il ne l'entend pas de cette oreille. Il n'entend que la parole de son fils.

 

 

- Laissez moi vous expliquer, j'ai du isoler Gérard hier car il perturbait le temps de repos en bavardant.

- ET LES AUTRES ENFANTS, VOUS LES AVEZ PUNIS ?

- Non monsieur, car seul Gérard ...

- AH, VOUS EN VOULEZ À GÉRARD ! QUAND DES ENFANTS FONT DES BÊTISES, ON LES PUNIT TOUS MADAME !

- J'ai puni Gérard car il n'a pas cessé quand je lui ai demandé de se calmer et ce à plusieurs reprises.

- MAIS VOUS N'AVEZ PAS PUNI LES AUTRES ! JE NE TOLÈRERAI PAS QUE VOUS VOUS ACHARNIEZ SUR MON FILS ! POURQUOI NE PAS L'AVOIR GARDÉ DANS LA CLASSE ?! 

- J'ai du l'isoler, et ayant 30 enfants, allongés entre les meubles de la classe, j'ai du mettre Gérard à l'entrée de la classe, en laissant la porte ouverte, j'avais bien sûr un oeil sur lui ...

- GÉRARD M'A DIT QUE LE COULOIR ÉTAIT SALE, VOUS L'AVEZ HUMILIÉ !

 

 

Nous ne sommes pas dans le dialogue, mais impossible d'abréger la conversation, il ne me laisse pas en placer une et n'entend pas un mot de ce que je tente vainement de lui expliquer. 

Il remettra en cause ma capacité de jugement, l'égalité de traitement entre les élèves, allant jusqu'à sous entendre que j'ai puni son fils parce qu'il est noir, menaçant de faire remonter l'affaire à la direction.

J'ai sauté sur l'occasion, connaissant la confiance et le soutien de mes collègues dans ce genre de situation.

 

 

- Je vous en prie monsieur, allez voir la direction !

 

 

Je crois qu'il ne s'attendait pas à ce genre de réponse. 

Il est reparti, tirant son fils par le bras.

 

Et l'histoire aurait presque pu s'arrêter là.

 

 

 

 

Mais à 17h30, revenant de la salle des profs, je croise une collègue. "La maman de Gérard t'attend. On est avec toi, ça va bien se passer." 

 

Putain. J'ai envie de partir en courant, de rentrer chez moi, et un peu de me cacher sous la couette pour tenter de récupérer le sommeil qu'il me manque.

Je rassemble mon courage, et je vais affronter la maman de Gérard. 

Elle est plus posée que son époux, mais je me méfie quand même.

 

 

- Bonjour madame.

- Bonjour, je sais que vous avez vu mon mari ce matin, je voulais faire le point avec vous.

 

 

Faire le point a pris 45 minutes. J'ai encore une fois du me justifier, expliquer que non, je n'avais pas puni Gérard à cause de sa couleur de peau, que si je n'avais pas puni les autres c'est parce qu'ils ne le méritaient pas, que la punition n'avait pas duré plus de 5 minutes, et que ce type de punition n'était pas humiliant, Gérard ayant gardé son doudou, son tapis de sieste, et que bon il serait un tout petit peu sympa de faire confiance aux professionnels auxquels ils confient leur enfant, qu'on ne peut travailler qu'en collaboration ...

 

 

C'est mon directeur qui m'a libérée au bout de trois quarts d'heure, proposant à la maman de Gérard de discuter dans son bureau. 

 

 

Je suis rentrée chez moi, sur les nerfs, remettant en cause mes pratiques, mal au ventre, et l'esprit tournant à 100 à l'heure pour imaginer sur quel autre aspect ils pourraient bien m'attaquer la prochaine fois.

 

Je crois que j'ai réussi à être pro, mais j'appréhende le retour à l'école, jeudi.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ninoche - dans A l'école
commenter cet article

commentaires

Erlikhan 12/09/2012 21:33

C'est quoi cet établissement où l'on entre comme dans un moulin ????

Surtout, ne soyez jamais seul pour parler avec un parent d'élève (d'où mon interrogation plus haut) De nos jours c'est trop dangereux.

Feuille 24/05/2012 11:15

J'ai pensé à autre chose... un détail, un truc qui n'a rien à voir, mais que je trouve illogique... les gamins aiment se rouler dans la boue, se fichent de se salir... mais là, pour une fois, la
"saleté" était dérangeante ?

Bon, rien à voir avec la choucroute, mais je trouve quand même ça paradoxal. :)

J'espère que ta journée de reprise s'est bien passée.

LRDNV 23/05/2012 19:12

Courage, tu as eu la bonne réaction. Affronter les parents on y est jamais préparé en fait. On se prend tout dans la tronche, comme si l'attitude de leurs gnomes était notre faute !

Feuille 23/05/2012 17:19

Oh misère... mais franchement, où les parents ont-ils la tête ?

Au vu de cette réaction, je comprends mieux le passage hallucinant du règlement de l'école du gnome qui expliquait en long, en large et en travers, que les instituteurs respectent les élèves et ne
sont pas racistes...

Et sinon, c'est plus Gilbert ?

Mel 23/05/2012 10:32

Tu as fait de ton mieux miss!
Le directeur et tes collègues sont à tes côtés... no panic! Tu es assurée, et rassurée.
Le plus important est d'avoir ce soutien-là!

C'est un moment difficile pour une instit', mais c'est la vie professionnelle..
Si tu savais combien de fois je me suis fait traitée de "lopinette" parce que je suis handicapée... et non Mel n'est pas coconne.. elle est juste normal, et surtout s'est construite une carcasse
..

allez allez.. comme la chanson de Camilhttp://myelitetmoi.unblog.fr/2012/05/19/courage-2/le !!!

Qui Est Gilbert ?