Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2020 5 24 /01 /janvier /2020 16:32

Gilbert a 8 ans. De jolis cheveux blonds, de grands yeux bruns, et un autisme qui le freine un peu dans ses apprentissages. Gilbert ne parle pas. Ou presque pas. Il dit quelques mots, le minimum. Et communique par des gestes. Ca fonctionne bien, on se comprend.

Ca fait deux ans que je travaille avec lui. L’an dernier, on a travaillé la lecture, et maintenant, il vient en aide spécialisée pour faire des maths.

J’aime beaucoup mes séances avec Gilbert. Surtout quand il arrive après mes CP si bruyants. On croirait que ma classe est soudain devenu un espace zen. Juste ma voix, que je baisse au maximum parce qu’il est très sensible aux bruits forts, et le bruit des crayons sur le tableau blanc. On entend les grands d’à côté, un peu, mais rien qui ne puisse nous perturber.

Je crois que Gilbert aussi aime ses séances avec moi. Il vient toujours avec le sourire, et quand je lui montre la fusée des émotions, il se place toujours le plus haut possible. Il ne montre jamais d’opposition à travailler, est toujours volontaire.

Il nous a fallu un peu de temps au début, pour apprendre à nous connaître. Je parlais trop fort et il fronçait les sourcils. Parfois, il était bloqué et ne disait rien, ou il mettait beaucoup de temps à répondre, et je lui proposais de l’aide, ce qui interrompait son raisonnement. Maintenant, c’est mieux, j’attends en silence, et quand il est bloqué, il me fait signe. Je parle bas, et Gilbert ne fronce plus les sourcils.

Gilbert progresse bien, sauf les jours où ça ne va pas trop, mais ils sont de plus en plus rares. On fait des calculs, sans ses doigts parce qu’ils se mélangent. J’utilise les cubes, c’est moi qui fais, parce que ses mains se mélangent trop. Il me dit combien j’en prends, me fait signe d’en ajouter ou d’en enlever, et compte le résultat. Et il progresse sacrément.

Et puis à la fin de la séance, Gilbert et moi, on a un petit rituel. On reprend les calculs qu’il connait par cœur. On essaye d’en faire le plus possible avant que le timer ne sonne pour dire que la séance est finie. Chacun son crayon, j’écris le calcul, il écrit la réponse, vite, très vite. Il est trop fort Gilbert à ce jeu. Et vite vite vite, il efface, et j’écris encore un autre calcul, vite, avant que ça ne soit la fin ! Et Plus on se rapproche de la fin, plus Gilbert va vite, plus il réclame de nouveaux calculs, chassant presque ma main pour écrire sa réponse.

Et soudain, il rit. Il rit de son rire si timide, mais il rit. Et c’est la plus belle chose qui m’arrive dans ma journée. C’est un soleil, le rire de Gilbert. Un cadeau dans ma journée. Un moment que j’attends avec impatience. Et quand la séance est terminée, Gilbert reprend ses affaires et retourne dans sa classe. Mais son rire résonne encore en moi longtemps. Merci Gilbert pour ce cadeau qui me fait tellement de bien !

Partager cet article
Repost0

commentaires